Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
38 Abonnés
 ↑
JMO-1914 à 1919

Fermer Année 1914

Fermer Année 1915

Fermer Campagne d'Orient

Fermer Comprendre

 ↑
Découvrir

Fermer Présentation

Fermer Carnet Jules GOFFIN

Fermer Ils y sont passé

Fermer Lettres Paul MILHEM

Fermer SISSONNE

Fermer Transport

Fermer Témoignage

 ↑
Mémorial du 45e RI

Les Soldats du 45e RI


A (19)

B (139)

C (100)

D (142)

E (16)

F (44)

G (70)

H (28)

► I (0)

J (14)

K (1)

L (124)

M (70)

N (15)

O (9)

P (75)

Q (1)

R (42)

S (38)

T (33)

► U (0)

V (34)

W (10)

► X (0)

Y (1)

► Z (0)


Rechercher





 ↑
Historique du 45e RI
 ↑
Amicale 45e RI
 ↑
Nous Ecrire
 ↑
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER

 ↑
Twitter
 ↑
Le 45e RI en 14-18 - La Locomotive

LA LOCOMOTIVE -

Une fois en place, nous constatons que le dessin de notre ligne sera plus favorable si les Crêtes Rocheuses sont à nous.

On appelle de ce nom des sortes de dos d'âne granitiques coupés de ravins presque à pic qui dominent le lit de la Ljumnica et ont de bonnes vues au-delà de la rivière.

Le 9 Octobre 1916 on décide d'en déloger l'ennemi. Mais on tâtera d'abord sa susceptibilité en limitant l'attaque à la position de la Locomotive, attaque pour laquelle une compagnie suffira. C'est la 2 ème qui est désignée.               .

Vers 18 heures, il fait nuit. Une intense et silencieuse activité règne dans nos tranchées,car l'attaque est prévue pour 20 heures. L'artillerie commence son tir, sans trop d'ardeur, pour ne pas dévoiler nos intentions. Et soudain, à l'heure dite, c'est un irrésistible élan hors de nos tranchées. Nous tombons dans la ligne bulgare, d'où l'ennemi s'enfuit, sans avoir compris ce qui lui arrivait.

Le commandant de la compagnie attaquante ne perd pas de temps.

A 20 h.20, il fait faire à ses hommes un second bond et grâce à la rapidité de son mouvement, la deuxième ligne bulgare reste entre nos mains.

Nous avons progressé dans un terrain impossible, un sol de granit coupé de creux et de bosses rocheuses. Le relief est si tourmenté que c'est tout juste si l'on peut définir la direction où se trouve l'adversaire. L'obscurité nous permet à peine de nous reconna1tre,
malgré l'ingénieux système de liaison optique par lampes électriques de poche que nous avions mis au point.

A minuit l'artillerie bulgare commence le bombardement des positions conquises. Pendant une heure, les gros noirs tombent brutaux et secs sur la roche où ils éclatent en un fracas brisant. Puis la contre-attaque d'infanterie se déclenche à son tour. Les mitrailleuses crachent, la fusillade nous arrose de balles serrées, les grenades éparpillent leurs éclats.

Il nous faut abandonner les points les plus avancés de notre conquête. Mais il nous reste la majeure partie du terrain occupé. Il nous reste surtout l'expérience pour des attaques ultérieures, qui ne sauraient tarder.

La 2ème Cie est citée à l'ordre de la, 122e Division:

« Le 9 Octobre 1916, la 2 ème Cie du 45ème d'Infanterie, commandée par le capitaine Rauscher, s'est emparée brillamment, au cours d'un combat de nuit, d'une importante position sur laquelle elle s'est maintenue malgré un bombardement intense et de violentes contre-attaques exécutées par des forces très supérieures avec lesquelles elle a eu à lutter jusqu'au corps à corps »

Les 3e et 4e sections de la 3ème cie qui avaient été, au cours de l'action, appelées en renfort de la 2ème cie, sont citées à l'ordre du régiment pour avoir contribué puissamment à l'organisation d'une position enlevée à l'ennemi et avoir repoussé une contre-attaque précédée
d'un bombardement intense" .

L'affaire de la Locomotive allait obliger la 6ème Cie et la 10ème cie à des mouvements d'alignement, faits d'ailleurs sans difficultés.

Elle allait surtout justifier par sa réussite un mouvement de plus ample envergure pour occuper la totalité des Crêtes Rocheuses. 


Date de création : 19/01/2013 @ 15:09
Dernière modification : 09/12/2013 @ 20:20
Catégorie : Le 45e RI en 14-18
Page lue 1087 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^