Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
37 Abonnés
 ↑
JMO-1914 à 1919

Fermer Année 1914

Fermer Année 1915

Fermer Campagne d'Orient

Fermer Comprendre

 ↑
Découvrir

Fermer Présentation

Fermer Carnet Jules GOFFIN

Fermer Ils y sont passé

Fermer Lettres Paul MILHEM

Fermer SISSONNE

Fermer Transport

Fermer Témoignage

 ↑
Mémorial du 45e RI

Les Soldats du 45e RI


A (19)

B (139)

C (100)

D (142)

E (16)

F (44)

G (70)

H (28)

► I (0)

J (14)

K (1)

L (124)

M (70)

N (15)

O (9)

P (75)

Q (1)

R (42)

S (38)

T (33)

► U (0)

V (34)

W (10)

► X (0)

Y (1)

► Z (0)


Rechercher





 ↑
Historique du 45e RI
 ↑
Amicale 45e RI
 ↑
Nous Ecrire
 ↑
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER

 ↑
Twitter
 ↑
Le 45e RI en 14-18 - Les Portes de Fer

A TRAVERS LES PORTES DE FER

Nous avons laissé le 2ème et le 3ème bataillons à Orizar-Dren et à Orizar, couvrant de leur garde inflexible l'évacuation de Demir-Kapu.

Dans la nuit du 6 au 7 Décembre, les deux bataillons avaient reçu leur ordre de repli et, dans la boue glacée, ils avaient regagné le Vardar, le Vardar qui, par sa vallée et sa voie ferrée, semblait seul capable de nous relier à un monde moins cruel que nos montagnes sans humanité.

A Demir-Kapu commence le défilé des Portes de Fer.

Nous allons passer la journée du 7 Décembre à le parcourir.

Le spectacle est grandiose de ces eaux qui se précipitent en torrent le long des parois à pic qui les surplombent. Le couloir est si resserré qu'il ne livre passage qu'au fleuve et à la voie ferrée et pas même à une simple piste.

C'est sur le ballast que nous défilons dans la saleté du petit matin. Dans un terrible encombrement se pressent en cohue les attelages d'artillerie, les régiments d'infanterie et le bétail qu'on a réquisitionné pour ne pas le laisser aux mains des Bulgares. Derrière nous, la voie doit sauter. Mais les travaux de mines qu'on a fait en ont ruinés les soubassements. Ils ont provoqué des effondrements partiels qui retardent de plusieurs heures une retraite qui n'allait déjà pas bien vite.

Après quelques centaines de mètres, le défilé s'élargit un peu et on peut défiler le long des rochers par de roides sentiers de chèvre qui font la marche fatigante, mais un peu plus rapide qu'entre les rails du chemin de fer.

Pourtant, il faudra 14 heures au 2ème bataillon pour gagner Miletkovo. Il en faudra 27 au 3ème bataillon pour parcourir à peu près le même trajet.

Les Bulgares nous suivent botte à botte. A Strumitza, à la sortie des Portes de Fer, nous avons déjà reçu des grenades lancées du haut du roc qui nous domine. A quelques kilomètres plus au sud, à Davidovo, ce sont deux régiments qui son signalés en marche sur nous.

Un bataillon du 284ème, le 1er bataillon du 45ème qui, dégagé de Pétrovo, devra se rabattre sur le Vardar, sont désignés pour nous servir d'arrière-garde. Toute la journée, ils vont nous protéger en ne lâchant leur position que pour une position préparée à quelques centaines de mètres en arrière et en maintenant toute la nuit le plus étroit contact avec un ennemi mordant et tenace.

Le 8 Décembre, tout le régiment, qui a rassemblé ses bataillons épars, est en ligne aux premières heures, le long du Vardar, le 1er bataillon au nord vers Mirovca, le 2ème bataillon, au centre à Miletkovo, au confluent de la Petrovska et du Vardar, le 3ème bataillon un peu plus au sud à Smokvica. Il n'y a d'ailleurs pas plus de 3 km à vol d'oiseau entre Mirovca et Smokvica.

A travers nous , défilent les derniers éléments du 84ème, du 284ème et du 58ème Chasseurs. C'est à nous que va être assignée la rude tâche d'assurer l'ultime contact de l'armée française avec le Bulgares et déjà dans la journée du 8, il va falloir, à tout instant, répondre aux provocations de l'ennemi dont les patrouilles se multiplient sans arrêt.

Le 9, un bataillon du 175ème et un bataillon du 148ème nous sont adjoints pour organiser la tête de pont de Miletkovo et pour la défendre. Nous disposons aussi d'une batterie d'artillerie de montagne qui, bien placée, va nous être très utile.

En effet, l'ennemi s'infiltre par le nord et par l'ouest. Un bataillon est dispersé, au nord, vers Mirovca. Un régiment est mis en fuite à l'ouest, vers Pétrovo – Cabrés alors qu'il s'avançait en poussant ses hourras forcenés. Mais l'étreinte bulgare se resserre néanmoins. A la tombée de la nuit on évalue à trois batteries l'artillerie qu'il a amenée pour tenter de nous réduire.

Nous savons ce qui nous attend et c'est encore une nuit que nous passons à travailler, à creuser des tranchées, sans ravitaillement, sans repos, sans sommeil autre que celui qui, dans le froid implacable de la nuit, à même le sol gelé, nous procure de temps en temps, pour quelques rares minutes, l'inconscience et l'anéantissement.


Date de création : 19/01/2013 @ 14:54
Dernière modification : 02/12/2013 @ 18:55
Catégorie : Le 45e RI en 14-18
Page lue 904 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^