Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
37 Abonnés
 ↑
JMO-1914 à 1919

Fermer Année 1914

Fermer Année 1915

Fermer Campagne d'Orient

Fermer Comprendre

 ↑
Découvrir

Fermer Présentation

Fermer Carnet Jules GOFFIN

Fermer Ils y sont passé

Fermer Lettres Paul MILHEM

Fermer SISSONNE

Fermer Transport

Fermer Témoignage

 ↑
Mémorial du 45e RI

Les Soldats du 45e RI


A (19)

B (139)

C (100)

D (142)

E (16)

F (44)

G (70)

H (28)

► I (0)

J (14)

K (1)

L (124)

M (70)

N (15)

O (9)

P (75)

Q (1)

R (42)

S (38)

T (33)

► U (0)

V (34)

W (10)

► X (0)

Y (1)

► Z (0)


Rechercher





 ↑
Historique du 45e RI
 ↑
Amicale 45e RI
 ↑
Nous Ecrire
 ↑
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER

 ↑
Twitter
 ↑
Le 45e RI en 14-18 - Le Godat 20/07 au 20/08/15

LE GODAT - DU 14 Juillet au 20 Août 1915



C'est par Hermonville, Cauroy, la Maison Blanche et la Route 44 que nous avons atteint la ferme du Godat. Le Godat se trouve au sud-est de Berry au Bac, à l'endroit où le canal Aisne-Marne vient en contact avec la route 44.


C'est un curieux secteur. Il y a des marécages, de l'eau courante, des bois, une nature verdoyante et gaie.


Les tranchées serpentent au milieu des arbres. Les abris sont à demi-creusés dans le sol, à demi-élevés au-dessus du terrain, en raison de l'eau qui nous empêche de nous enterrer profondément. Ils sont blindés, bétonnés, pas désagréables, à part les moustiques, les poux et les rats.


Ceux-ci pullulent. Les marais, les cadavres enterrés au ras du sol, les cagnas pleines de vivres, créent, pour leur développement, des conditions d'existence parfaites. Et ils sont d'une audace et d'une insolence incroyables.


Dans la journée, le secteur est assez calme.


La nuit, par contre, l'artillerie de tranchées, installée dans nos lignes, crée une animation forcenée. Torpilles, bombes, minenwerfers, de tous calibres, de toutes formes, sont libéralement déversés sur la tranchée ennemie, tandis que les Allemands pour ne pas être en reste avec nous, nous déversent non moins libéralement minenwerfers, bombes et torpilles de calibres et de formes également variés.


Nous quittons nos emplacements le 18 Août, relevé par le 43ème. Nous gagnons Cauroy qui se démolit un peu plus chaque jour, Cormicy, bien éprouvé, Gernicourt, entièrement détruit et, à proximité de Bouffignereux, nous bivouaquons dans le Bois Blanc, bercés par une intense canonnade qui se fait entendre, toute proche, à notre gauche.


Le Bois Blanc est truffé de batteries d'artillerie légère et lourde. Il est également bourré de matériel, planches, rondins, fils de fer, tôles ondulées. Cela sent les préparatifs d'attaque, une attaque que les artilleurs, bien renseignés, fixent à la seconde quinzaine de Septembre.

On verra bien .



Date de création : 19/01/2013 @ 14:37
Dernière modification : 20/02/2013 @ 06:12
Catégorie : Le 45e RI en 14-18
Page lue 1102 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^