Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
36 Abonnés
 ↑
JMO-1914 à 1919

Fermer Année 1914

Fermer Année 1915

Fermer Campagne d'Orient

Fermer Comprendre

 ↑
Découvrir

Fermer Présentation

Fermer Carnet Jules GOFFIN

Fermer Ils y sont passé

Fermer Lettres Paul MILHEM

Fermer SISSONNE

Fermer Transport

Fermer Témoignage

 ↑
Mémorial du 45e RI

Les Soldats du 45e RI


A (19)

B (139)

C (100)

D (142)

E (16)

F (44)

G (70)

H (28)

► I (0)

J (14)

K (1)

L (124)

M (70)

N (15)

O (9)

P (75)

Q (1)

R (42)

S (38)

T (33)

► U (0)

V (34)

W (10)

► X (0)

Y (1)

► Z (0)


Rechercher





 ↑
Historique du 45e RI
 ↑
Amicale 45e RI
 ↑
Nous Ecrire
 ↑
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER

 ↑
Twitter
 ↑
Le 45e RI en 14-18 - La Creutte Le Luxembourg

LES AFFAIRES DES CREUTTES
ET
DU BOIS DE LUXEMBOURG



Le 3 Février, le colonel Lorillard prend le commandement du régiment.


Le 5 nous embarquons à Villers-Bretonneux pour débarquer le lendemain à 2 hueres du matin à Fismes. Le soir du 6, nous couchons à la ferme Cuissy et le 7 nous arrivons, par Jumigny et Vassogne, au sud du Chemin-des-Dames, dans la région de Paissy – La Vallée-Foulon – Hurtebise.


Là, on nous rattache au 18ème Corps. Plus exactement on nous fait relever les unités du 18ème Corps qui viennent d'avoir un coup très dur, deux compagnies faites prisonnières dans une Creutte dont l'entrée avait été obstruée à la suite d'un violent bombardement allemand.


Le secteur est mauvais, difficile. Pour monter en ligne, on grimpe, par des sentiers muletiers, le long de pentes fort raides, creusées de sorte de grottes, les Creuttes, taillées dans la craie. Puis on accède à un plateau sur lequel on s'est durement battu en Septembre 1914 : les runes du château de Paissy, un avion fracassé, des caissons d'artillerie, des voitures d'ambulance gisant écrasées sur le sol, des bêtes qui n'ont pas encore achevé de pourrir, disent l'intensité de la lutte.


Les boyaux, très profonds, serpentent, au travers du plateau, dans l'humus végétal suintant d'humidité.


Près du bois Foulon, il y a un cadavre d'Allemand, déchiqueté, qui pend dans les branches d'un arbre dénudé par l'hiver.


Tout est sinistre ici. La dure saison fait paraître plus noir et plus triste encore le paysage partout borné par des crêtes abruptes et incultes où poussent seuls quelques boqueteaux ébranchés par la mitraille.


Mais par temps clair, on a l'émotion de voir se profiler sur les dernières crêtes la silhouette hautaine de Notre Dame de Laon, Laon que nous avons quitté il y a 6 mois, Laon où nous avons vécu, où nous avons laissé des familles, des parents, des femmes, des enfants, des maîtresses dont nous sommes sans nouvelles, Laon où, tous, nous avons l'espoir de rentrer bientôt, répondant à l'appel muet que sur la colline lointaine lancent vers nous les deux tours de la Cathédrale dressée dans le ciel.


Jusqu'au 28 Février, le 3ème bataillon restera dans ce secteur. Mais dès le 16 Février, les 1er et 2ème bataillons sont relevés vers 2 heures du matin et dirigés sur Fismes, Prouilly et Hermonville où l'on couche après une longue journée de marche.


Le lendemain 17 Février, nous sommes mis à la disposition du Général Corvisart pour soutenir une attaque que le 148ème doit prononcer sur le bois de Luxembourg, au sud de Berry-au-Bac, en bordure de la route 44.


L'attaque semble bien préparée. Elle ne réussit cependant qu'à demi et le 148ème ne progresse que de quelques centaines de mètres au prix de pertes nombreuses. Nous n'avons pas à intervenir et nous rentrons, sans avoir rien fait, à Hermonville où tombent quelques gros obus envoyés par le fort de Brimont.

Date de création : 19/01/2013 @ 14:31
Dernière modification : 03/02/2013 @ 20:49
Catégorie : Le 45e RI en 14-18
Page lue 868 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^