Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
36 Abonnés
 ↑
JMO-1914 à 1919

Fermer Année 1914

Fermer Année 1915

Fermer Campagne d'Orient

Fermer Comprendre

 ↑
Découvrir

Fermer Présentation

Fermer Carnet Jules GOFFIN

Fermer Ils y sont passé

Fermer Lettres Paul MILHEM

Fermer SISSONNE

Fermer Transport

Fermer Témoignage

 ↑
Mémorial du 45e RI

Les Soldats du 45e RI


A (19)

B (139)

C (100)

D (142)

E (16)

F (44)

G (70)

H (28)

► I (0)

J (14)

K (1)

L (124)

M (70)

N (15)

O (9)

P (75)

Q (1)

R (42)

S (38)

T (33)

► U (0)

V (34)

W (10)

► X (0)

Y (1)

► Z (0)


Rechercher





 ↑
Historique du 45e RI
 ↑
Amicale 45e RI
 ↑
Nous Ecrire
 ↑
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER

 ↑
Twitter
 ↑
Le 45e RI en 14-18 - Mobilisation/Couverture

HISTORIQUE DU 45ème Régiment d'Infanterie
pendant la guerre 1914 - 1918


45e_RI_Sissonne_Paques_1914.jpg
 

MOBILISATION et OCCUPATION des POSITIONS de COUVERTURE

 

45e_RI_Grunbach_Nomination.jpg 



Le soir du 31 Juillet 1914, à la fin d'un mois où l'Europe entière avait connue la même fièvre et la même angoisse, la nuit tombait sur la région Laonnoise apportant aux soldats du 45ème Régiment d'Infanterie leurs dernières heures de repos.

                                                                            45e_Musique_Programme.jpg

Dans la vieille citadelle où les murs blancs de chaux encadraient de coaltar leurs fenêtres et leurs portes, dans la caserne Saint Vincent, toute neuve, ouverte sur le paysage admirable d'une « cuve » verdoyante, dans le fort d'Hirson qui touchait la frontière Belge, dans les sombres casemates de Laniscourt et de Montbérault où l'on vivait à demi enfouis sous la terre des talus protecteurs, la journée s'était déroulée à la fois pleine et vide, calme et fébrile, anxieuse et sereine. Les « tuyaux » avaient circulé intensément entre les cuisines et les chambrées. On sentait, de façon confuse, que quelque chose de très grand allait se passer, dont on serait les spectateurs et les acteurs.

Mais seul, un homme savait : c'était le Colonel Grumbach, commandant le régiment.
Vers 10 heures une dépêche lui était parvenue, lui ordonnant de faire prendre au 45ème sa position de couverture.

Dès le réveil, on compris qu'on allait se battre, malgré les affirmations du gouvernement « la mobilisation n'est pas la guerre ». Et alors, dans « notre » régiment il n'y eu plus de gars du Nord ou de l'Aisne, plus de Parisiens déssalés ou de recrues de l’Île de France, plus de Picards ou de Bretons déracinés, il n'y eu plus qu'un organisme homogène, un tout cohérent, animé du même esprit, l'esprit de corps, l'esprit QUATRE-CINQ.

C'est dans un ordre parfait qu'on descendit les rudes pentes du plateau Laonnois pour gagner le quai militaire de Chambry.
Combien de fois n'avions nous pas té en exercice d'embarquement sur ces quais déserts au milieu d'une campagne déserte.
Mais cette fois nous attendaient les wagons « 40 hommes, 8 chevaux en long » qui, après de longues heures, allaient nous amener sur les bords de la Meuse.

Le Général Mangin, commandant la brigade composée des 45ème et 148ème d'Infanterie, faisait alors parvenir l'ordre suivant : « La 8ème brigade est placée sous les ordres directs du Général commandant le 2ème corps d'Armée.

Elle est chargée concurremment avec un corps de cavalerie d'assurer la garde des ponts de la Meuse, de Givet inclus à Sedan inclus, un bataillon du 45ème occupant les ponts en amont.
Le 1er bataillon, à Mézières – Charleville détachera une demi-compagnie au pont de Lume, une demi-compagnie au pont de Nouvion sur Meuse.

Le 2ème bataillon, à Montcy-Notre-Dame, d »tachera une demi-compagnie au pont de Nouzon, une demi-compagnie au pont de Joigny.
Le 3ème bataillon détachera une demi-compagnie aux bacs d'Iges et de Glaire, une demi-compagnie à Donchery pour garder les ponts de cette localité et le pont au nord du Château de Bellevue. »
Le Château de Bellevue, la reddition de Napoléon III, Donchery et la maison du Cordonnier où avait eu lieu la première entrevue précédent la capitulation, la presqu'île d'Iges et le Camp de la Misère où la fièvre et le typhus avaient ravagé les troupes qui s 'étaient battues à Sedan, à Floing, à la Marfée, c'était le passé tout proche de la dernière guerre qui nous enfermait dans les réseaux du souvenir.

C'est là que le tocsin nous annonça, au soir du 1er Août, que la mobilisation était officiellement décrétée. Nous étions déjà en place.
Nous devions rester là jusqu'au matin du 6 Août.
Ce furent des journées calmes, occupées à recevoir les réservistes qui rejoignaient leurs compagnies, et des nuits plus animées où quelques malheureuses vaches payèrent de leur vie d'avoir promené leurs ombres mouvantes dans l'obscurité des campagnes.

                                                                             45e_RI_MANGIN_Nomination_8e_Brigade.jpg
 


Date de création : 19/01/2013 @ 11:08
Dernière modification : 28/08/2014 @ 08:04
Catégorie : Le 45e RI en 14-18
Page lue 1539 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^