Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
37 Abonnés
 ↑
JMO-1914 à 1919

Fermer Année 1914

Fermer Année 1915

Fermer Campagne d'Orient

Fermer Comprendre

 ↑
Découvrir

Fermer Présentation

Fermer Carnet Jules GOFFIN

Fermer Ils y sont passé

Fermer Lettres Paul MILHEM

Fermer SISSONNE

Fermer Transport

Fermer Témoignage

 ↑
Mémorial du 45e RI

Les Soldats du 45e RI


A (19)

B (139)

C (100)

D (142)

E (16)

F (44)

G (70)

H (28)

► I (0)

J (14)

K (1)

L (124)

M (70)

N (15)

O (9)

P (75)

Q (1)

R (42)

S (38)

T (33)

► U (0)

V (34)

W (10)

► X (0)

Y (1)

► Z (0)


Rechercher





 ↑
Historique du 45e RI
 ↑
Amicale 45e RI
 ↑
Nous Ecrire
 ↑
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

 ↑
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER

 ↑
Twitter
 ↑
Ils y sont passé - CHEYRON Léon Georges

 

L.G. CHEYRON
 
(1888-1956)
 
Il est des hommes dont le destin paraît être de s'oublier eux-mêmes pour servir de guide et de soutien à leurs camarades et les faire profiter des richesses de leur cœur généreux. Léon Georges CHEYRON fut de ceux-là.
 
Né le 19 avril 1888 à Paris, dans ce quartier de la Villette si pittoresque, si vivant et qu'il aima toujours, L. CHEYRON fut, au lycée Voltaire un très brillant élève.
Cheyron_Bourse_JO.jpg
 
Il entreprit d'abord des études de Médecine et fut même nommé au concours, Externe des Hôpitaux de Paris, dont il remplit les fonctions de 1909 à 1911. Pendant cette période une fièvre typhoïde qu'il contracta au chevet des malades, lui valut la médaille de bronze des épidémies.
 
Cheyron_JO.jpg
Appelé à faire son service militaire, au 45e RI, il fut affecté à la 9e Compagnie et dirigé sur le fort de Laniscourt, où tous ses camarades apprécièrent sa bonne humeur, son dévouement et le sérieux avec lequel il accomplissait ses fonctions d'infirmier. CHEYRON appartenait encore à ce régiment au moment de la déclaration de guerre en 1914.
Cheyron_Tables_etats_signaletiques_Seine.jpg
Laniscourt_Fort.jpg
Il participa à la campagne de Belgique, à la Bataille de la Marne ; il se battit en Picardie, sur l'Aisne et en Champagne. Partout il se fit remarquer par son calme courage, son dévouement aux blessés. Son dynamisme, sa gaité, redonnaient du courage à ceux que la souffrance abattait parfois. Blessé au bras le 12 septembre 1914, il refusa d'être évacué.
 
Rien ne saurait être plus évocateur que le récit qu'a fait le Colonel CHARTIER de sa rencontre avec CHEYRON et de la vie qu'il a partagée avec lui.
« Mon premier contact avec le Médecin auxiliaire CHEYRON doit remonter au 28 septembre 1914, dans les caves du Château de MARICOURT. Je suis blessé à l'épaule droite. A mon arrivée, CHEYRON aide le Médecin-Major BRIDOUX à bander la mâchoire brisée de DUTHILLEUL, mon agent de liaison. La cave est bondée de blessés, le bombardement est incessant, le château et l'église sont les repères de l'artillerie ennemie ; les blessés affluent, les morts sont transportés dans une cave pour faire place aux arrivant...
« En octobre 1914, du 12 au 24, les tranchées au nord de Carnoy:les allemands attaquent fréquemment et bombardent constamment. Nos pertes journalières sont sévères;c'est à partir de ce moment que le souvenir du Médecin auxiliaire CHEYRON et du Caporal brancardier MARTIN resta à jamais gravé dans ma mémoire.
Ils transportaient dans des »boyaux » étroits, inachevés ou comblés par les obus, de pauvres êtres gémissants roulés dans des toiles de tentes souillées de sang. Cette équipe de brancardiers, dont la plupart sont restés anonymes, apparaissait à toute heure, au premier appel, animée par son chef, le Médecin auxiliaire.
« En décembre 1914, après les sanglantes attaques du 17, rentrant désemparé, au « repos » à Bray, je croise CHEYRON et son équipe prés de la Ferme de Bronfay, il me salue, je lui réponds sans échanger un mot, mais son regard est éloquent. La 6e Cie est réduite à une petite section qui me suivait.
« En juin 1915, Quenneviéres est un chaos de tranchées conquises remplies de morts. Des déplacements continuels ont lieu pour colmater des brèches et organiser ce secteur sous les violentes réactions de l'ennemi. Un soir, la 6e Cie étant en réserve vers Offémont je rencontre CHEYRON aux prises avec des fuyards, parmi lesquels des tirailleurs. Je n'oserais affirmer que CHEYRON s'exprimait en arabe mais son « sabir » éloquent suffit à calmer ces égarés. Quant  aux français, il sut, en terme crus leur faire honte.
« En Champagne, toujours en 1915, dans tous les secteurs : le Chauffour, le Godat, Berry au Bac, la Pompelle, dés l'appel téléphonique au P.S on était certain de voir notre Médecin auxiliaire venir, dans le minimum de temps, se mettre à notre disposition, et toujours avec ce calme et cette assurance qui donnaient aux blessés l'espoir indispensable » 
Notre camarade, le Dr FOURNIER, de Valenciennes, qui fut, au 45e R.I, Médecin auxiliaire en même temps que CHEYRON, nous a fait, de cette période, le récit suivant :
« Dés le début de la campagne, CHEYRON a donné la preuve de sa bravoure. Au second jour de la bataille de Namur, alors que le Bataillon devait se replier sur la ville, aprés la chute des forts, CHERYRON donnait tranquillement ses soins à des blessés recueillis dans un couvent de la commune de Champion, abandonnée par nos troupes et il ne dut son salut qu'à un retour précipité sur Namur par une route déserte, bombardée par des canons allemands qu 'on pouvait voir en batterie au nord de Bonine.
« A la Bataille de Guise, quelques jours plus tard, à La Hérie-la-Vieville, prés de La ferme de Bretagne, CHEYRON a passé la nuit entre les lignes, à la recherche des blessés et des morts, et il ne s'est replié que le lendemain matin avec les derniers éléments du 1er Corps d'Armée.
« A la Bataille de la Marne, il a continué de se distinguer. Lorsque le 45e, après avoir occupé Château-Thierry, remontait vers Soissons la compagnie de tête fut arrêtée par un fort parti allemand à la lisière du village d'Hartennes. Nos unités durent se replier. CHEYRON alla recueillir un blessé sur la grand'route sous le tir des mitrailleuses allemandes. Il le ramena ensuite au poste de secours d' Oulchy-le-Château, dans une vieille charrette à bras qu'il avait découverte au bord de la route.
« A la prise de Fismes, aussitôt après la traversée du pont par le premier Bataillon, CHEYRON partant à la recherche des blessés, fut lui-même blessé à l'avant bras par une balle de mitrailleuse. Inutile de dire que cette blessure ne l'empêche pas de rester à son poste.
« A la fin de septembre, aux combats si meurtriers de Maricourt CHEYRON, là encore, fit son devoir avec un cran étonnant, aux endroits les plus exposés. Pendant plusieurs jours et plusieurs nuits, avec le Dr BRIDOUX, il recueillit et soigna les blessés dans les caves du Château de Maricourt. Ce château était à l'extrême pointe de nos lignes, et vers lui les allemands dirigeaient des attaques très violentes.
« Lorsque le front fut stabilisé dans cette région de la Somme où le régiment s'était tant battu, je voyais un peu moins CHEYRON. Nous avions été nommés tous deux Médecins auxiliaires avec un certain retard, en raison des pérégrinations ininterrompues du régiment, et CHEYRON avait été affecté au 2e Bataillon, alors que je restais au 3e Bataillon où nous avions servi jusqu'alors, comme infirmiers de compagnie. J'ai le souvenir du brillant uniforme bleu foncé et de coupe impeccable, assez peu réglementaire, qu'arborait alors notre ami lorsque nous nous retrouvions au cantonnement de Bray-sur-somme.
« CHEYRON, parisien pur sang, avait horreur du laisser-aller, de la tenue négligée et,, dés la sortie des tranchées, il tenait à se montrer élégant, impeccable.
« Un peu plus tard, lorsque nous étions devant Reims, il avait aménagé un gourbi, sous une forte tôle ondulée, en contre-bas de la route 44, avec un raffinement pour le lieu, et un goût qui avait fait le centre d'attraction du secteur. Tout cela, bien entendu, avait été obtenu avec des moyens de fortune, exécuté selon ses plans et, pour une bonne part agencé de ses propres mains. On pouvait ainsi deviner son orientation future et cette seconde profession où il a su montrer tant d'ingéniosité, d'imagination créatrice et de sens artistique. »
En octobre 1915, le 45e R,I est désigné pour le front d'Orient. Désormais l'activité de CHEYRON va être double : panser des blessés et soigner les malades.
Il prend part à tous les combats et notamment à celui, resté célèbre, de Dobropolje. Son attitude est si brillante qu'il est cité à l'ordre de la 8e Brigade le 22 décembre 1915, de la 122e Division le 21 décembre 1916, du régiment le 10 octobre 1917.
Mais laissons ici encore la parole au Colonel CHARTIER : « En Serbie, à Cicevo, pataugeant dans la neige, CHEYRON venait s'assurer que nous ne souffrions pas du froid : « attention aux pieds gelés », disait-il et les recommandations suivaient.
« Plus tard, le 16 décembre 1916, après l'attaque du Brousailleux, au N,-O, de Guevgueli, blessé dans les reins, j'avais pu me trainer jusqu'au poste de secours derrière la crête. Étendu sur le brancard pendant que CHEYRON me pansait, je lui demandai : « est-ce grave ?» il me répondit : « Soyez sans crainte, mon capitaine, puisque vous êtes venu ici, vous irez encore loin », Réponse pleine de sagesse, donnant à celui qui craint pour sa vie l'espoir de la conserver,,, »
Et se rapportant aux combats de Serbie, cet autre témoignage de son ami J,FOURNIER : « La dernière fois que j'ai vu CHEYRON au combat, c'était à Smokwica, en décembre 1915, puisque je devais quelques temps plus tard être muté au 84e d'Infanterie. C'était je crois le 11 décembre, au moment des derniers jours de combat avant le repli sur Salonique. Les bulgares étaient installés sur une crête et battaient la plaine à la mitrailleuse. Le Capitaine PY venait d'être tué et CHEYRON se rendait vers cet endroit bombardé. Je le vois encore, droit et calme, s'avançant d'un pas tranquille alors que tous les hommes autour de lui étaient couchés et cherchaient à se dissimuler. Tout en connaissant bien le cran de CHEYRON, j'avoue  que j'étais émerveillé de ce calme de ce calme impressionnant et de cet incroyable mépris du danger, »
,,,,,,,
La guerre terminée, CHEYRON ne reprit pas ses études de Médecine. Les années années avaient passé; l'atmosphère n'était plus la même: un grand renouveau d'activité marquait cette période d'après guerre. Il sembla à CHEYRON que ce n'était plus le temps de mener une vie d' étudiant, mais qu'il fallait prendre une  part plus active à l'activité du pays. L' occasion s'en présente bientôt pour lui.
 
Il avait épousé, en 1919, une amie d'enfance, Germaine INRUNBERRY, dont le pére le pére dirigé une importante fabrique de luminaire. ,,,,
Cheyron_Luminaire.jpg
Au lendemain de la guerre 14-18 une association a été fondée par Maurice SCHLISSINGER et Raymond PAVY. En mars 1935 cette association fut légalisée. Au cours d'une réunion CHEYRON fut nommé président.
Cette association a compté plusieurs Sections: celles du Nord, de Picardie, de Normandie, de l'Aisne, de Bretagne, présidé par MAHIEU, le Colonel LEFIN, GAUQUELIN, PARIGI, le Colonel RAUSCHER.
 
CHEYRON ne fut pas mobilisé pendant la guerre de 1939.,,,
En août 1944, au moment de la libération de Paris CHEYRON que Mme avait eu le courage d'accompagner, fut grièvement blessé dans un combat de rue et perdit un œil.,,,
Atteint d'un mal inexorable, dont les premiers symptômes de manifestèrent en avril 1954, il s'alita définitivement le 11 novembre 1955. Malgré la science et le dévouement des médecins, qui étaient pour lui  des amis, en dépit des soins attentifs de Mme CHEYRON  et des personnes qui l'assistaient, il s'éteignit le 17 avril 1956.,,,
 
Ses obsèques eurent lieu le 20 avril en l'église Saint Ferdinand des Ternes,, L'absoute fut donné par son ancien compagnon d'armes du 45e R,I, l'Abbé BEDIN. ,,,,
 
Il repose maintenant dans le cimetière de son quartier natal: la Villette.
 
Cet opuscule a été tiré à 200 Exemplaires numérotés de 1 à 200, au profit de la caisse d' entraide des Anciens du 45e R,I
Les citations Obtenu par Léon Georges CHEYRON
 
Citation à l'Ordre de la 8e Brigade,
En campagne depuis le début de la guerre, a toujours fait preuve du plus grand dévouement et du plus grand courage.
Les 18 et 19 novembre 1915 a été relever les blessés bulgares à 1800 mètres en avant de nos lignes. Le 11 décembre 1915 s'est porté par un chemin découvert  très battu par des mitrailleuses  sur une position ou une section avait été décimée, pour y soigner un Officier grièvement blessé.
 
Citation N° 31 de la 122e  Division
 
Aux combats du 11 décembre 1916 a montré beaucoup d'activité et de bravoure dans son service de médecin de bataillon, n' hésitant pas à se porter en 1ere ligne malgré le bombardement, pour assurer l'évacuation des blessés,
 
Citation N° 13 du 45e Régiment d'Infanterie le 10 octobre 1917.
 
Au front depuis le début des hostilités où il a toujours fait preuve de dévouement et de courage.
 
Chargé comme Médecin de Bataillon de diriger le service de santé dans un secteur particulièrement insalubre et désorganiser par de violents bombardement, s'est acquitté de sa mission avec une activité inlassable s'installant personnellement dans les tranchées de 1ere ligne, ou il a puissamment contribué à entretenir le moral des hommes.

 


Date de création : 11/01/2013 @ 10:42
Dernière modification : 03/12/2013 @ 19:07
Catégorie : Ils y sont passé
Page lue 1530 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^