Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
36 Abonnés
 ↑
JMO-1914 à 1919

Fermer Année 1914

Fermer Année 1915

Fermer Campagne d'Orient

Fermer Comprendre

 ↑
Découvrir

Fermer Présentation

Fermer Carnet Jules GOFFIN

Fermer Ils y sont passé

Fermer Lettres Paul MILHEM

Fermer SISSONNE

Fermer Transport

Fermer Témoignage

 ↑
Mémorial du 45e RI

Les Soldats du 45e RI


A (19)

B (139)

C (100)

D (142)

E (16)

F (44)

G (70)

H (28)

► I (0)

J (14)

K (1)

L (124)

M (70)

N (15)

O (9)

P (75)

Q (1)

R (42)

S (38)

T (33)

► U (0)

V (34)

W (10)

► X (0)

Y (1)

► Z (0)


Rechercher





 ↑
Historique du 45e RI
 ↑
Amicale 45e RI
 ↑
Nous Ecrire
 ↑
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER

 ↑
Twitter
 ↑
Année 1915 - 16 au 30 Sept15

16 Septembre 1915

Violent bombardement de 20h le 15 à 2h le 16 puis de 9h à 10h.
Nous avons 1 tué et 8 blessés
Continuation des travaux
Le Cdt MOREL commandant provisoirement le régiment est convoqué pour le 17 à 6h au C.A à TRIGNY

17 Septembre 1915

Nuit beaucoup plus calme que les précédentes
Nous n’avons qu’un seul blessé.
Les travaux sont continués dans de bonnes conditions.
Le matin à 6h le commandant MOREL se rend à TRIGNY
Le médecin divisionnaire LANDOWSKI étant indisponible, Mr le docteur d’ARLHAC le remplace, le médecin aide major 1e classe BRIDOUX fait fonction de chef de service
Fin de journée assez agitée. Canonnade intermittente de 17 à 18 heures
Le lieutenant HUART du 148e passe au 45e  et est affecté à la Cie de mitrailleuses de la 8e brigade.

18 Septembre 1915

Nuit assez calme.
1 homme blessé par balles au Bois des Geais
1 homme blessé par éclat d’obus en travaillant
1 homme blessé au cours d’une corvée de lavage.
Les allemands transportent du matériel et montrent une assez grande activité en avant de la sape II
Journée sans incident

19 Septembre 1915

Les allemands ne tirent presque plus et semblent maitriser par l’action efficace de notre artillerie.
Nuit et journée sans incident, aucune perte.

20 Septembre 1915

Pendant la nuit tir de notre artillerie sur des travailleurs allemands au point J
Entendu des cris
Un homme est blessé par balles en revenant du travail. Journée calme.

21 Septembre 1915

Le 20 vers 21h une fusillade et canonnade violente sur la gauche de BERRY au BAC vers SAPIGNEUL
Nuit et journée clame. 1 homme blessé par éclat d’obus.

22 Septembre 1915

Nuit du 21 au 22 calme. Continuation des travaux
Vers 4h relève du 1e btn par le 2e btn. Le 1e btn occupe le GRAND BELLAY
Relève sans incident
Arrivée de l’ordre prescrivant l’ouverture de la parallèle n° 4
Le 3 btn travaillent à partir de 18h 30
1e btn des sapes n°10 à 14
2e btn des sapes 8 inclus à 10 inclus

3e btn des sapes 5 à 8 exclu
Tous les éléments du régiment se portent sur leur poste de combat

23 Septembre 1915

Nuit et journée calme. L’artillerie ennemie tire très peu
Le colonel rejoint son nouveau poste de commandement

24 Septembre 1915

A 17h le Cdt MOREL s’installe au P.C sape 9 avec tout l’Etat Major du régiment
Dans la soirée, tous les services armureries, musiciens etc.  arrivent
Tous les détails réglés (grenades, munitions, vivres, équipements etc.)
Ordre général du Général JOFFRE aux troupes
Commencement du réglage de tir
Canon de 58 actif
Nuit calme 1 tué, 1 blessé.

25 Septembre 1915

Dès le matin commencement du tir de notre artillerie. Les officiers observateurs de l’artillerie prennent contact avec les officiers d’infanterie.
Réglage de nos batteries et des crapouillaux
Continuation de l’organisation de détails
Le tir, constatation des effets de notre tir, les brèches sont repérées et certains ébauchés.
250 obus de 58 sont envoyés sur les fils de fer et les tranchées allemandes. L’effet produit sur  le moral de nos hommes est excellent
Nuit assez agitée. 2 blessés pendant les travaux

26 Septembre 1915

Dès 7h l’artillerie commence et tire sans discontinuer sur les emplacements des brèches. Les tirs sont bien réglés, tout marche bien, les allemands répondent mais faiblement.
Le capitaine BAURES est blessé légèrement à la tète est évacué, il est remplacé par le sous lieutenant MICHEL
Vers 10 heures l’ordre arrive d’exécuter à midi un simulacre d’attaque
A midi la canonnade augmente d’intensité, les hommes agitent les casques, ouvrent le feu et crient en avant. L’ennemi ne se dévoile pas. Aucune mitrailleuse ne se révèle. Un tir violent de l’ennemi est dirigé vers les sapes principalement en 8 – 10 – 13, un abri à munitions est atteint à la Carrière et fait sauter un certain nombre de grenades à mains. Quelques coups de feu vers la Miette
Tout reprend son cours. Canonnade toute la journée. Les brèches sont bien amorcées, bonnes en direction mais pas finies.
L’ordre arrive d’alerter le régiment le lendemain 27 septembre dès 6h du matin  est donné.
Peu de temps après contre ordre est donné ,l’alerte n’aura lieu que le 28
Perte 6 blessés. Arrivée d’un renfort de 100 hommes

27 Septembre 1915

Pendant la nuit notre artillerie tire peu et cela permet à l’ennemi de réparer des fils de fer. Dès le matin le tir reprend bien, réglé sur les lignes allemandes et se continue toute la journée. L’ennemi répond sur la Carrière, les points 8 – 9 – 10 et le bois de Geais. Le soir les brèches sont bien avancées et toutes sont bonnes en direction et ébauchées. Certaines sont même à peu près terminées
L’artillerie continue à tirer toute la nuit de façon à empêcher l’ennemi de travailler
Bon travail de  nos canons de 58.
Pertes : 1 tué, 6 blessés
Arrivée de 4 officiers : MM DURKHEIM, PELLE, BOISARD, GUILLOU

28 Septembre 1915

Dès 6h tout le monde est alerté. Chacun est à son poste de combat, les liaisons assurées. La canonnade se continue sur les réseaux ennemis. Le matin l’artillerie lourde règle son tir 2 (155) 2 (220) et envoi quelque coups courts sur vos 4e parallèle
Le Cdt MOREL prononce les affectations suivantes :
M. DECROIX de la 5e Cie prend le commandement de la 8e Cie
M. MICHEL 1e Cie prend le commandement de  la 1e Cie
M. BOISARD        2e cie
M. GUILLOU        6e cie
M. PELLE        7e cie
M. DURKHEIM    9e cie

Dans la soirée tir des canons sur les brèches.

29 Septembre 1915

Pendant la nuit fusillade intermittente pour empêcher les travailleurs ennemis de boucher les brèches
Les allemands envoient quelques obus vers le canal et sur la carrière.
Matinée et journée assez calmes.
L’artillerie reçoit l’ordre d’entretenir les brèches sans consommer trop de munitions.
Les cies des 1e et 3e btns dans le secteur sont relevées et le 2e btn en entier occupe le secteur. Relève sans incident.
Dans la soirée canonnade ennemie sur le canal, le bois des geais, la carrière et nos 1e lignes.
Le chef de bataillon MOREL est nommé au grade de Lieutenant Colonel commandant le régiment.

30 Septembre 1915

Nuit calme et fusillade intermittente sur les travailleurs pour empêcher  la réparation des brèches. 2 blessés pendant la nuit.
Journée sans incident.
Quelques obus sur la carrière, le boyau E 2 et le bois de geais.

Date de création : 05/05/2009 @ 10:24
Dernière modification : 14/02/2010 @ 22:17
Catégorie : Année 1915
Page lue 2170 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^