Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
36 Abonnés
 ↑
JMO-1914 à 1919

Fermer Année 1914

Fermer Année 1915

Fermer Campagne d'Orient

Fermer Comprendre

 ↑
Découvrir

Fermer Présentation

Fermer Carnet Jules GOFFIN

Fermer Ils y sont passé

Fermer Lettres Paul MILHEM

Fermer SISSONNE

Fermer Transport

Fermer Témoignage

 ↑
Mémorial du 45e RI

Les Soldats du 45e RI


A (19)

B (139)

C (100)

D (142)

E (16)

F (44)

G (70)

H (28)

► I (0)

J (14)

K (1)

L (124)

M (70)

N (15)

O (9)

P (75)

Q (1)

R (42)

S (38)

T (33)

► U (0)

V (34)

W (10)

► X (0)

Y (1)

► Z (0)


Rechercher





 ↑
Historique du 45e RI
 ↑
Amicale 45e RI
 ↑
Nous Ecrire
 ↑
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER

 ↑
Twitter
 ↑
Année 1915 - 1 au 15 Juin15

8e_BI_01_06_15.jpg

Source: JMO 8ème brigade d'infanterie


1er Juin 1915


La journée du 1er juin est employée aux travaux de propreté. Toute circulation à l’intérieur du cantonnement est interdite  sauf pour les corvées régulières.

 

2-3 -4 Juin 1915


R.A.S

 

 

5 Juin 1915


Le Commandant STRAUSS reçoit un ordre pour se rendre à PARIS en mission spéciale de 24h.
Vers 16h quelques obus sont tombés sur PARGNY LES REIMS et JOUY LES REIMS
Aucun incident de personne ni dégât

 

 

6 Juin 1915


Lire le carnet de guerre de Jules GOFFIN (148e RI)sur cette période >>>ICI<<<

A 15 h arrive un ordre de la Brigade ainsi conçu .
Le 45e se tiendra prêt à etre embarqué à 19 h
Le Colonel donne des ordres en conséquence et à 18 h  soupe mangée , le régiment est prêt à faire mouvement.
A ce moment, les ordres de détail sont donnés. Le régiment formé prêt à etre embarqué sur la route PARGNY LES REIMS  FERE EN TARDENOIS
La tête à hauteur du chemin de BOUILLY
Ordre 1e 3e 2e Btn  C.H.R Cyscliste C.M
Fractionnement par groupes de 18 hommes à 5 m  d’intervalle.
Les équipages et chevaux seront transportés en chemin de fer dans les conditions qui seront fixées ultérieurement
D7s reçu de cet ordre les btns se mettent en marche et atteignent le point de rassemblement ou la formation indiquée est prise en vue de l’embarquement.
Celui-ci s’effectue normalement et le départ de premières voitures a lieu vers 22h.
Itinéraire
Les T.C et T.R sont pendant ce temps réunis à PARGNY et dirigés sur MUIZON où ils sont embarqués sur 2 trains.
L’embarquement commencé à 23 h  se poursuit pendant la nuit.

 

 

7 Juin 1915


Le régiment arrive à BERNEUIL SUR AISNE vers 8 h . Le reste de la journée est consacré aux travaux de propreté. Le T.C débarque en gare de LONGPONT vers 9h 30 et 12h. Après quelques temps de repos les voitures sont attelées et le convoi rejoint par la route le cantonnement de BERNEUIL où il arrive pendant la nuit.

 

 

8 Juin 1915


A minuit 30 les T.C et T.R 1 arrivent à BERNEUIL où ils cantonnent
Vers 4h le T.R 2 arrive à son tour il s’installe à BERNEUIL. Il est ultérieurement envoyé à LAMOTTE
A 17h le régiment reçoit l’ordre de se rendre au bivouac de STE CROIX (Parc d’OFFEMONT , Porte des chasseurs)
Le 1e Btn reste au cantonnement à SAINT CREPIN. Le régiment arrive sur ses emplacements de bivouac à 19h 45.
Pendant la nuit vers 23h une vive fusillade et canonnade direction de QUENNEVIERES

 

 

 

Historique du 292ème RI
Dans le secteur de Quennevières, le 8 juin, l'ennemi bombarde violemment les tranchées occupées
par le 292e. Durant tout le jour, il encadre méthodiquement les deux premières lignes et exécute un
violent tir de barrage pour empêcher l'arrivée des renforts ; à 21 heures, il attaque vigoureusement et
est repoussé avec de fortes pertes. Le 10 juin, le régiment est relevé par le 45e R. I. et passe en
réserve de la 126e brigade.

 

 

 











9 Juin 1915


A 5h le Colonel part avec les chefs de Btns et Cdts de Cies faire une reconnaissance du terrain. A 16h un message téléphonique prescrit au Colonel de se rendre à la porte de SOISSONS avec les officiers d’un bataillon pour une nouvelle reconnaissance de terrain (le 2e Btn est désigné). Retour de la reconnaissance vers 22h. Le Colonel apporte l’ordre d’opérations pour le lendemain.
Le 1e Btn à ST CREPIN  reçoit l’ordre de rejoindre le régiment à STE CROIX. Départ à 20h. Le régiment en entier reste au bivouac à STE CROIX

 

 

10 Juin 1915


En exécution d’ordres reçus l’E.M, les sapeurs, les téléphonistes, les 2e et 3e Btns, C.M quittent le bivouac à 3h et par le BOYAU d’ECAFAUT débouchent à 6h dans la « position conquise » (tranchées enlevées le 6 à l’ennemi) pour y relever le 292e d’Infanterie.
Le Colonel prend le commandement de la position conquise , le 3e Btn relève le Btn du 292e de gauche, le 2e Btn celui de droite. La C.M relève 3 sections de mitrailleuses dans le secteur.
Relève sans incident.
Pendant la matinée et toute la journée lutte d’artillerie , arrosage des tranchées de 1ère ligne par l’artillerie ennemie.

Le 10 juin, le régiment est relevé par le 45e R. I. et passe en
réserve de la 126e brigade.

Source: HISTORIQUE DU 292e RÉGIMENT D'INFANTERIE(63e D. I.)

 

 

 

11 Juin 1915


Dans la nuit du 10 au 11 les 2e et 3e Btns travaillent à l’aménagement et à l’amélioration de la position conquise, à la réunion du matériel épars et à l’assainissement (enterrement des morts)
Les cadavres allemands et français n’ont pas encore été inhumés depuis l’affaire du 6 juin et sont dans un état de complète décomposition, leur présence dans les abris rend ceux-ci inutilisables même après leur enlèvement. On en est réduit à faire écrouler les abris et à les recouvrir d’une couche de chlorure de chaux.
Le Dr  DERANCOURT du 3e Btn contribue dans la plus large mesure à l’accomplissement de cette tâche.
Pendant le matinée le Colonel NIESSEL visite le secteur. Journée agitée, bombardement incessant, mais aucune attaque n’est prononcée.
Le soir arrive l’ordre de relève pour le lendemain

Le Lieutenant BAURES reçoit sa 1 ère  citation

Baures_Citation.jpg

Baures_Henri_Portrait.jpg

 

 

 

12 Juin 1915

 

Quennevieres_Plateau.jpg
Source Gallica


Le 45e est relevé dans le secteur par le 264e renforcé par 2 cies de Chasseurs Alpins.
La relève commence à 6h 30. Les btns dès qu’ils sont relevés se rendent à la porte de Soissons où ils sont relevés à 9h. Repos. La soupe du matin est prise . Le Colonel reçoit l’ordre pur la journée  du 12.
Le régiment en entier cantonnera à TROSLY BREUIL, BREUIL. Le T.R maintenu à LAMOTTE. Le 1e btn quitte isolément son bivouac
Le Colonel, l’E.M, les 2e et 3e btns quittent la porte de Soissons à 13h et gagnent BREUIL par l’itinéraire suivant : SAINT CREPIN Château de SAINTE CLAIRE – Cote 123 – Pont de péniche sur l’Aisne – TROSLY BREUIL
Cantonnement : 2 btns à TROSLY – E.M, 1e et 3e btn, C.M, C.H.R BREUIL T.R à LAMOTTE.
Arrivée vers 17h

 

13 Juin 1915


Repos. Travaux de propreté. Le Général CORVISART étant nommé au commandement par intérim  de la 123e D.I , est remplacé à la tête de la 8e Brigade par le Général GEROME. En attendant que ce dernier ait rejoint  le colonel LORILLARD prend le commandement de la Brigade et le commandant MOREL commande provisoirement le régiment

 

 

14 Juin 1915


Le Commandant MOREL reçoit les ordres relatifs aux opérations des jours suivants, l’ordre d’opération pour la journée est donné.
Le 45e doit se porter le 14 à la fin du jour sur son ancien emplacement de bivouac de SAINTE CROIX . Départ fixé à 20h 30 par l’itinéraire Château de SAINTE CLAIRE – cote 123 – SAINT CREPIN. Les T.C et T.R passant par RETHONDES
Trois automobiles sont mises à 12h 30 à la disposition du régiment. Le Cdt MOREL et les officiers des btns vont reconnaître le secteur de la 73e Brigade. Repos obligatoire. Soupe mangée à 19h. Au retour de la reconnaissance le Cdt  du Régt  donne les ordres pour le lendemain.
La 8e Brigade sera alignée à 3 jours de vivres de réserve. Le lendemain 15 Juin à 3h le Régt  se mettra en marche pour se rendre à son ancien emplacement des bivouacs de SAINTE CROIX. Itinéraire Château de SAINTE CLAIRE – cote 123 – SAINT CREPIN. . Les T.C et T.R passant par RETHONDES – SAINT CREPIN

 

 

15 Juin 1915


2h 30 rassemblement à 3h départ par Château SAINTE CLAIRE – SAINT CREPIN – bivouac. Arrivée vers 5h au bivouac. Le régiment est en position d’attente toute la journée. Le Colonel commandant la Brigade et son E.M viennent également au bivouac. Vers 18h le colonel commandant la brigade se rend à 61e D.I  maison du garde ou l’ordre général n° 76 lui est communiqué en meme temps qu’au Cdt MOREL commandant le régiment
Comme conséquence à cet ordre le régiment le 1e btn (Btn RAUSCHER) est porté à la maison du garde, les 2e et 3e btns, C.M  se tiennent prêt à se porter également à ce point
3 jours de vivres de réserve dans les musettes, les sacs sont laissés sur place au bivouac.

 


Date de création : 04/05/2009 @ 23:03
Dernière modification : 16/12/2012 @ 21:55
Catégorie : Année 1915
Page lue 2489 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^