Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
36 Abonnés
 ↑
JMO-1914 à 1919

Fermer Année 1914

Fermer Année 1915

Fermer Campagne d'Orient

Fermer Comprendre

 ↑
Découvrir

Fermer Présentation

Fermer Carnet Jules GOFFIN

Fermer Ils y sont passé

Fermer Lettres Paul MILHEM

Fermer SISSONNE

Fermer Transport

Fermer Témoignage

 ↑
Mémorial du 45e RI

Les Soldats du 45e RI


A (19)

B (139)

C (100)

D (142)

E (16)

F (44)

G (70)

H (28)

► I (0)

J (14)

K (1)

L (124)

M (70)

N (15)

O (9)

P (75)

Q (1)

R (42)

S (38)

T (33)

► U (0)

V (34)

W (10)

► X (0)

Y (1)

► Z (0)


Rechercher





 ↑
Historique du 45e RI
 ↑
Amicale 45e RI
 ↑
Nous Ecrire
 ↑
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER

 ↑
Twitter
 ↑
Témoignage - Hommage à René COSTANTIN

René COSTANTIN est le fils  fils de Julien COSTANTIN , normalien en 1910, il se destinait comme son père  à la botanique mais il fut tué le 18 décembre 1914 dans le département de la Somme.

René COSTANTIN  était un brillant savant français

Selon les comptes rendus de l'académie des sciences voilà le résumé des travaux de René COSTANTIN  sur la fluctuations de concentration dans une émulsion colloïdale.

La loi de compressibilité d’une émulsion colloïdale permet de vérifier la théorie de S moluchowski  sur les fluctuations de densité produites par l’agitation moléculaire : les résultats des expériences antérieures de l’auteur donnent une vérification satisfaisante.
Source


Son père Julien COSTANTIN (Julien-Noël 1857-1936)

A la première page de son petit livre, "Origine de la vie sur le globe", publié chez Flammarion en 1923, et dédié à la mémoire de son fils René COSTANTIN, soldat au 45e régiment d’infanterie,  mort et disparu au combat à Mametz, le 18 décembre 1914 René COSTANTIN soldat du 45e régiment d'infanterie, croix de guerre et médaille militaire, (consultez le le JMO de cette jounée)élève de l’Ecole normale supérieure, agrégé des Sciences physiques, auteur d’un mémoire Sur la compressibilité osmotique des émulsions et l’influence des parois sur l’activité du mouvement brownien ». M. Jean PERRIN avait dirigé ce premier travail et déclaré que, « dans son diplôme d’études remarquable, il avait pu étendre la loi de VAN DER WAALS aux émulsions ». Cet hommage fut l’éclair de joie qui soutint Julien COSTANTIN dans les dernières années de sa vie.  

Extrait du Bulletin de La Société Nationale d' Acclimatation de France (édition 1915 Pages 322 à324)


Nous extrayons de la Revue scientifique, la notice suivante,
consacrée à Bené Costantin.

René Costantin, né le 30 juin 1890, élève sortant de l'École Normale Supérieure, Agrégé des Sciences physiques, a été tué, à Mametz, dans la Somme, le 18 décembre 1914, le premier jour où il combattait.11 était le fils de M. J. Costantin, Membre de l'Institut, Professeur au Muséum d'Histoire Naturelle et le petit fils de Pb. VanTiegbem.

Esprit d'élite, apprécié par tous ceux qui ont su le connaître, aimé de ses condisciples au Lycée Henri IV comme à l'École Normale, René Costantin était, comme il l'avait déjà prouvé par ses premières recherches de physique, un jeune savant plein d'avenir.

Je ne saurais mieux faire que de citer ce qu'écrit un de ses camarades,un ami qui l'a connu depuis la classe de sixième :« Il n'a pas eu le temps de faire ressortir toute l'originalité de son esprit si fin qui l'avait fait remarquer pendant toutes les années de Lycée que nous avons passées côte à côte, et à cette Ecole Normale qu'il a tant aimée. Mais son caractère s'était déjà affirmé si généreux, si emballé, si profondément doué à tous les points de vue..., si jeune qu'il en était charmant. « Je peux dire que tous ceux qui l'ont fréquenté ont été ses camarades, et pourtant bien peu ont été ses véritables amis, car sous ses dehors très ouverts, il ne se livrait que très difficilement. C'était alors un véritable régal de voir à nu une àme aussi chaude, qui avait devancé son temps de nombreuses années, combinaison magnifique de la culture ancienne et des aspirations modernes. Cette âme-là n'a pas disparu avec celui qui l'incarnait, ou plutôt elle survit avec lui à notre côté, et ceux qui ont véritablement connu notre cher René en ont gardé un souvenir impérissable... »
René Costantin s'était épris avec ardeur des questions sociales, mais cette ardeur, si grande qu'elle fût, était encore dominée chez lui par l'amour de la science; c'est ainsi qu'à son grand coeur, il joignait une intelligence supérieure. Et voici quelques lignes copiées sur l'un de ses cahiers de noies : « Vastes, trop vastes projets, trop grandes, trop belles idées. Il est bon de les concevoir, il est bon de les réaliser en pensée dans l'avenir, cet avenir qui est soumis à tant de chances diverses. Mais l'illusion en est réconfortante. Quand la pensée scientifique s'impose à vous, elle accapare entièrement le domaine de la conscience et vous enlève dans son essor éperdu. »
Mon confrère, M. Violle, lorsqu'il a présenté la première note de René Costantin à l'Académie des Sciences, m'avait dit combien il avait été frappé de l'originalité et de la précision de son esprit; il a dit plus tard à son père : « Votre fils a un grand avenir. » Le Diplôme d'Études Supérieures de Physique présenté à la Faculté des Sciences de Paris par René Costantin, en 1914, avait été très remarqué, et la soutenance en fut brillante. C'est un Iravail intitulé : Sur la compressibilité osmotique des émulsions, et qui traité aussi de l'influence qu'exerce le voisinage des parois sur l'activité du mouvement brownien.. Par deux séries d'expériences d'ardre différent l'auteur démontre que la loi de Van der Waals s'applique aux émulsions concentrées. 11 fait voir aussi que la loi de Stokes,qui suppose le milieu indéfiniment visqueux, ne peut pas s'appliquer à un sphérule situé dans le voisinage d'une ou deux parois, et il étudie la variation du parcours d'un grain, en un temps donné, avec la distance aux parois. Ce travail a été fait au Laboratoire de M. Perrin
et René Gostantin y avait abordé des recherches dans le but de calculer la constante d'Avogadro; il avait commencé à établir des mesures précises en ce sens.
Je n'ai pas besoin de dire quelle fut la douleur de M. Perrin en apprenant la mort d'un élève pour lequel il avait une réelle amitié; mais je cite les lignes suivantes de M. Brillouin, Professeur au Collège de France, dans une lettre adressée aux parents du jeune physicien :« Perrin m'avait dit, au fur et à mesure des résultats acquis, tout ce que votre fils montrait d'initiative. Il était de ceux qui, dans la mesure où le permet un premier travail, montrent leur originalité ;
aussi, je vous assure, ce n'est pas seulement comme ami que je déplore sa mort, c'est comme physicien que je le regrette plus encore. Votre fils donnait l'impression qu'il deviendrait l'égal des meilleurs. » G. B.




Le père de René COSTANTIN était Normalien (ENS) en 1877 (notice en 1937). Botaniste. Professeur à la Sorbonne. Il épousa en 1887 Louise Van Tieghem, fille de Philippe.

Académie des Sciences (18 mars 1912).
En 1923 membre de l'Institut, professeur au Muséum.
En 1927 membre de l'Institut, professeur au Muséum d'histoire naturelle
et à l'Ecole normale d'horticulture de Versailles.

Ecrits:
* "Etude comparée des tiges aériennes et souterraines des dicotylédones", 1883
* "Excursions des environs de Paris, automne et hiver 1886", 1887
* "Session mycologique dans le Jura du 9 au 15 septembre 1887", 1887
* "Les Mucédinées simples. Histoire, classification, culture et rôle des champignons inférieurs dans les maladies des végétaux et des animaux",1888
* (avec Léon Dufour) "Nouvelle flore des champignons, pour la détermination facile de toutes les espèces de France et de la plupart des espèces européennes", 1891, 1895, 1904
* (avec Léon Dufour) "Petite flore des champignons comestibles et vénéneux, pour la détermination rapide des principales espèces de France", 1895
* "Atlas des champignons comestibles et vénéneux, ouvrage contenant la description de toutes les espèces comestibles et vénéneuses de la France", 1895
* "Les Végétaux et les milieux cosmiques (adaptation, évolution)", 1898
* "Le Mythe du chêne marin", 1899
* "La Nature tropicale", 1899
* "L'Hérédité acquise, ses conséquences horticoles, agricoles et médicales",1901
* "Notice sur les travaux scientifiques", 1901
* "Sur les levûres des animaux", 1901
* "Notice sur les travaux scientifiques de M. J. Costantin, Maitre de conférences à l'école normale supérieure, lauréat de l'Institut", Corbeil, Impr. de Ed. Crété, 1901, 88 p. avec un supplément de 52 p. pour la période (1901-1908)
* "Le Transformisme appliqué à l'agriculture", 1906
* "Index seminum in hortis Musei Parisiensis anno 1909 collectorum", 1910
* "Asclépiadacées", Contenu dans la "Flore générale de l'Indo-Chine", publiée sous la direction de M. H. Lecomte, 1912
* "La Vie des orchidées", 1917
* "Origine de la vie sur le globe", 1923
* "Atlas des orchidées cultivées", 1927
* "Aperçu historique des progrès de la botanique depuis cent ans (1834-1934)", 1935
* (avec Léon Dufour) "Nouvelle flore des champignons pour la détermination facile de toutes les espèces de France et de la plupart des espèces européennes", réédition Nîmes, C. Lacour, 1997, 318 p.
* "Atlas en couleurs des orchidées cultivées, contenant l'organisation des orchidées, leur histoire, les caractères des principaux genres cultivés, avec des renseignements complets sur leur culture et leur germination"
* (avec Ferdinand Faideau) "Histoire naturelle illustrée. Les Plantes"
* "Index seminum in hortis musei parisiensis anno 1909 collectorum"

source: http://www.nebuleuse-rh.org/vantiegh.html

Julien COSTANTIN, 1857-1937, botaniste français, médaille bronze gravée par J. Magrou

Julien_Costantin_Medaille_Recto.jpgJulien_Costantin_Medaille_Verso.jpg

 

Date de création : 28/04/2009 @ 18:43
Dernière modification : 05/05/2009 @ 13:16
Catégorie : Témoignage
Page lue 2494 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article


Réaction n°1 

par Denis le 02/03/2017 @ 07:00

Je vous remercie.
Permettez-moi de vous signaler que l'ouvrage de Julien Costantin publié en 1935 mentionne page XXII le travail de thèse de son fils (à propos de Dutrochet) dans une note de bas de page.
Une ligne est consacrée à René Costantin dans le "Tableau d'honneur etc." que donne également Gallica.
L'ouvrage "Les Atomes" de Jean Perrin est dédié à Noël Bernard, connu pour ses travaux sur la symbiose.
Comme quoi, selon la formule bien connue, reprise par J. Costantin dans le même ouvrage, "les progrès se font aux confins " des sciences. Mais, je la cite de mémoire...

^ Haut ^