Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
36 Abonnés
 ↑
JMO-1914 à 1919

Fermer Année 1914

Fermer Année 1915

Fermer Campagne d'Orient

Fermer Comprendre

 ↑
Découvrir

Fermer Présentation

Fermer Carnet Jules GOFFIN

Fermer Ils y sont passé

Fermer Lettres Paul MILHEM

Fermer SISSONNE

Fermer Transport

Fermer Témoignage

 ↑
Mémorial du 45e RI

Les Soldats du 45e RI


A (19)

B (139)

C (100)

D (142)

E (16)

F (44)

G (70)

H (28)

► I (0)

J (14)

K (1)

L (124)

M (70)

N (15)

O (9)

P (75)

Q (1)

R (42)

S (38)

T (33)

► U (0)

V (34)

W (10)

► X (0)

Y (1)

► Z (0)


Rechercher





 ↑
Historique du 45e RI
 ↑
Amicale 45e RI
 ↑
Nous Ecrire
 ↑
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER

 ↑
Twitter
 ↑
Ils y sont passé - Général CASTELNAU

Castelnau.jpgPromu capitaine moins d'un an après sa sortie de Saint-Cyr, le jeune Castelnau ne pouvait évidemment garder ce rang, quelque digne qu'il s'en fût montré. Plusieurs de ses camarades nommés comme lui avaient été remis sous-lieutenants.

La commission, lui tenant compte de sa belle conduite sur la Loire et sous Paris, décida de lui attribuer le grade de lieutenant avec ancienneté du 14 août 1871. Il fut alors affecté au 45e d'infanterie, à Laon, et, à quelques années de là, le 21 février 1876, il recevait à nouveau la double épaulette.

Resté au 45e, le capitaine de Castelnau s'y prépara à l'Ecole supérieure de Guerre, qui venait d'être créée en remplacement de l'ancienne Ecole d'état-major. Admis après le concours de 1878, il s'y fit remarquer par sa haute intelligence et ses grandes facultés de travail. A sa sortie, en 1880, il alla attendre au 59e de ligne, à Toulouse, qu'un poste de son choix fût vacant au service d'état- major.

C'est dans cette ville, voisine de son pays natal, qu'il devait passer une grande partie de son existence militaire et débuter notamment dans ce service d'état-major, où il se signala bientôt comme un officier hors ligne, si bien que, lors de la mobilisation de 1914, il en était devenu le grand chef..

Source: Le correspondant 1915


Date de création : 08/09/2010 @ 10:03
Dernière modification : 13/01/2013 @ 09:51
Catégorie : Ils y sont passé
Page lue 1898 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^