Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
37 Abonnés
 ↑
JMO-1914 à 1919

Fermer Année 1914

Fermer Année 1915

Fermer Campagne d'Orient

Fermer Comprendre

 ↑
Découvrir

Fermer Présentation

Fermer Carnet Jules GOFFIN

Fermer Ils y sont passé

Fermer Lettres Paul MILHEM

Fermer SISSONNE

Fermer Transport

Fermer Témoignage

 ↑
Mémorial du 45e RI

Les Soldats du 45e RI


A (19)

B (139)

C (100)

D (142)

E (16)

F (44)

G (70)

H (28)

► I (0)

J (14)

K (1)

L (124)

M (70)

N (15)

O (9)

P (75)

Q (1)

R (42)

S (38)

T (33)

► U (0)

V (34)

W (10)

► X (0)

Y (1)

► Z (0)


Rechercher





 ↑
Historique du 45e RI
 ↑
Amicale 45e RI
 ↑
Nous Ecrire
 ↑
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER

 ↑
Twitter
 ↑
Campagne d'Orient - 4 Déc 15

4 Décembre 1915


1 – Bataillon BAUDOIN   C.M. 45e

Après une marche des plus pénibles par la neige et la boue, sur une piste à peine marquée où on enfonçait  parfois plus haut que la cheville, le bataillon BAUDOIN avec le Colonel et le drapeau, la C.M. sont entrés dans la tête de pont de DEMIR KAPU vers 1h 30 du matin sans avoir été inquiétés par l’ennemi. Ils s’établissent au bivouac au flanc d’un mamelon, à environ 1 km au N.O du village ; ils y resteront toute la journée et une partie de la matinée du lendemain à se reposer et à procéder à différents travaux de nettoyage.

Compte rendu envoyé à 1h 30 au Général commandant la 57e D.I. par le Colonel : « E.M du régiment, Bataillon BAUDOIN et C.M. 45e arrivés au bivouac de DEMIR KAPU
Il résulte des renseignements des compagnies de 1ère ligne que les Bulgares se sont avancés en plusieurs colonnes de la force de 1 ou 2 bataillons de SIRKOVO sur KAMENDOL suivis d’une quarantaine de mulets.
Des formations diluées se sont portées contre MONASTIR. Une fraction a pu passer à la nage  entre RIBARCI et MONASTIR mais n’a pu déboucher. 4 sections de nos  mitrailleuses entre SIREC et MONASTIR ont pu empêcher  l’ennemi de tenter le passage du fleuve.
Canonnade ininterrompue de SIREC à la tète de pont.
 « Le bataillon BAUDOIN a pu se dégager sous la canonnade sans pertes.
Le bataillon PY dont le dernier renseignement datait de 16 h  annonçait qu’il se décrochait assez facilement. J’ai constaté que la fusillade a cessé dans son secteur vers 17 heures. Pendant la route aucun coup de fusil n’a été entendu dans sa direction.
Je suis de ma personne au bivouac. »

Compte rendu envoyé à 9 heures au Général commandant la 8e brigade :
« J’ai l’honneur de vous rendre compte que:

1° l’E.M.  C.H.R  bataillon BAUDOIN et C.M. 45e partis à 16h 30 de KORU, sont arrivés ce matin au bivouac de DEMIR KAPU à 1h 45.

2° Trois compagnies du bataillon OLIVIER se sont embarquées ce matin à 8 heures à KRIVOLAK.

3° La compagnie MICHEL du bataillon OLIVIER de TRAMMICK a rejoint le bivouac de DEMIR KAPU ce matin à 8 heures.

D’après les ordres verbaux du Général commandant la 57e Division, les éléments du 45e bivouaquaient ici se mettront en route demain matin, 5 décembre  à 6 h 15 pour MILETKOVO. »

Voici les ordres reçus plus tard du Général LEBLOIS commandant la 57e D.I.

« 1° I -  Le 45e régiment d’infanterie restera jusqu’à nouvel ordre dans la tête de pont.
Le bataillon PY a déjà reçu sa mission.
II - Le reste du régiment formera réserve de la tête de pont et gardera à cet effet son emplacement actuel.
III - Le Colonel prendra les ordres du Colonel commandant la 113e brigade auquel il fournira un agent de liaison (Colonel CLERMONT TONNERRE)

2° D’après la quantité de Bulgares qui paraissent avoir passé la CERNA dans la journée et celle et celle qui était déjà sur la rive gauche du VARDAR il se pourrait qu’il y eut une attaque assez forte dès la matinée du 5 décembre.

Il faut se préparer dès maintenant à la très bien recevoir et pour cela pousser vigoureusement le travail de tranchées et les défenses accessoires pendant la journée de demain, établir des liaisons partout et n’avoir pas de vides qui ne seraient battus de feux de mitrailleuses et de fusils.
L’artillerie qui vient d’arriver repèrera tous les points qu’elle peut battre et à l’approche de l’ennemi, le canonnera du plus loin qu’elle pourra, sans regarder à économiser les obus, pourvu que le but en vaille tant soit peu la peine.
Ce soir toutes les troupes du camp retranché seront rentrés dans la tête de pont.
L’escadron divisionnaire sera placé pendant le jour à DREN d’où il éclairera les avances de l’ennemi  et pendant la nuit il sera replié sur ORIZAR. »

2 – Bataillon PY et C.M.B

Le rassemblement des éléments du bataillon PY et de la C.M.B. a été terminé la veille à 21 h 30 à KAVADAR. A 20 heures les éléments se dirigent par une piste en aussi mauvais état que celle qu’a emprunté le bataillon BAUDOIN, sur PRESDEVO en passant par DIZAN. Arrivés à PRESTOVO vers 3 h 30 ils en repartent à 11 h  pour DREN où ils arrivent au camp du Lieutenant  Colonel VICQ commandant le 235e et un sous secteur de la tête de pont de DEMIR KAPU.

3 compagnies du bataillon PY entrent dans la défense du sous secteur de DREN face à l’ouest ou S.O. Une compagnie (la compagnie MARLIER) est envoyée à la gare de DEMIR KAPU y prendre le service et relayer la compagnie MICHEL du 1e bataillon qui sera placée sous les ordres du commandant BAUDOIN.

3 – Bataillon OLIVIER

La compagnie MICHEL venant de TREMMICK arrive vers 8 heures au camp de DEMIR KAPU et va prendre le service à la gare.

Les 3 autres compagnies avec le chef de bataillon quittent KRIVOLACK à 2 h par chemin de fer. Elles en descendent à 8h  à MIROVKA (environ 22 km au S.E de DEMIR KAPU). De là après une grande halte elles sont dirigées sur PETROVO où elles arrivent à 14 heures. Immédiatement, reconnaissance du terrain très accidenté, très coupé et dont la carte au 1/200000e mise à la disposition des troupes ne donne qu’une faible idée.

Le village est dominé de tout cotés par des mamelons qui s’élèvent de plus en plus au fur et à mesure qu’on va vers l’ouest. Les pistes sont d’un accès très difficile, le ravitaillement à dos de mules y sera des plus pénibles. Les voitures et tous les impédimenta ont été dirigés sur GUEVGUELI.
M. le Lieutenant LEFIN est évacué pour fatigue et maladie. Le Lieutenant LAMENS prend le commandement de la 3e compagnie.



Date de création : 27/04/2010 @ 18:48
Dernière modification : 27/04/2010 @ 18:57
Catégorie : Campagne d'Orient
Page lue 2024 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^