Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
37 Abonnés
 ↑
JMO-1914 à 1919

Fermer Année 1914

Fermer Année 1915

Fermer Campagne d'Orient

Fermer Comprendre

 ↑
Découvrir

Fermer Présentation

Fermer Carnet Jules GOFFIN

Fermer Ils y sont passé

Fermer Lettres Paul MILHEM

Fermer SISSONNE

Fermer Transport

Fermer Témoignage

 ↑
Mémorial du 45e RI

Les Soldats du 45e RI


A (19)

B (139)

C (100)

D (142)

E (16)

F (44)

G (70)

H (28)

► I (0)

J (14)

K (1)

L (124)

M (70)

N (15)

O (9)

P (75)

Q (1)

R (42)

S (38)

T (33)

► U (0)

V (34)

W (10)

► X (0)

Y (1)

► Z (0)


Rechercher





 ↑
Historique du 45e RI
 ↑
Amicale 45e RI
 ↑
Nous Ecrire
 ↑
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER

 ↑
Twitter
 ↑
Année 1914 - 18,19,20 août14

18 août 1914


Ordres généraux de la brigade n° 9 et 10
Emplacement des compagnies
Cie MARLIER (4e)    défense immédiate des abords du pont d’Yvoir  et du carrefour nord d’ANHEE. Travaux complets de mise en état de défense.
Cie LUCAS (2e)     battant de ses feux le pont d’Yvoir par des feux étagés. Tranchées établies dans le bois de MOULINS
1e section Mitrailleuse (adjudant chef GRANDJEAN) dans le bois de MOULINS
1e et 3e cies     En réserve à l’ouest du village d’ANHEE avec 1 section de mitrailleuse (Lt RICHET)

Reconnaissances
a)    Sous Lt BELIN (1e)  vers EVREHAILLES
b)    Adjudant TOURNIER (3e) vers EVREHAILLES itinéraire inverse
But de la reconnaissance : contrôler les renseignements fournis par téléphone  et par l’intermédiaire du bureau de poste d’YVOIR
Les renseignements faisaient connaître la présence d’une importante cavalerie à PURNODE probablement suivie de troupes de toutes armes.
A 10h 15 on entend une fusillade d’infanterie  au sud d’EVREHAILLES
A 10h 25 canonnade française
A 11h 25 les patrouilles de reconnaissance BELIN et TOUNIER battent en retraite
Résultats de la reconnaissance
Constatation de la preuve certaine d’éléments d’infanterie et de cavalerie à EVREHAILLES
Présence très probable de voitures  ou d’artillerie qui au 1e coup de canon se sont repliées dans une direction indéterminée
Mouvements de troupes ennemies de toutes armes se dirigeant vers DINANT (renseignements communiqués par la reconnaissance du 110e d’infanterie)

19 août 1914


Dans la nuit du 18 au 19 une patrouille  1sergent 7 hommes (4e Cie)  se porte sur EVREHAILLES. Elle est arrêtée à 500 nord d’YVOIR par un coup de feu tiré par une embuscade de uhlans. La patrouille doit rentrer sans avoir pu avancer plus loin. Au point du jour une reconnaissance pousse jusqu’au village d’EVREHAILLES évacué par les allemands. Des renseignements fournis par la population il ressort que les forces allemandes occupant EVREHAILLES la veille étaient composées d’Infanterie, de cyclistes et de 5 pièces de canon.
Soirée et nuit parfaitement calme.

Situation de la Ve Armée le 19 août 1914
Ve_Armee_19_08_14.jpg

Source JMO Ve Armée


20 août 1914


La situation reste la même que la veille.
Nombreuses patrouilles envoyées sur la rive droite de la Meuse toujours vers EVREHAILLES.
A noter :
Reconnaissance  Sous Lieutenant BERGEAT (3e Cie) ½ section
Mission : se porter vers BAUCHE rester en position et observation jusque 17h à la crête sud de BAUCHE. Départ midi 15.
Exécution : La reconnaissance découvre au nord de BAUCHE et sur une crête (vers 15h 30) un peloton du 2e Régiment des Dragons de la garde allemande. Ces cavaliers ayant détaché une patrouille dans le village de BAUCHE, le sous lieutenant BERGEAT fait ouvrir le feu – 1 cavalier tué, 3 blessés, 1 cheval d’officier grièvement blessé. Les papiers, le sabre et le manteau de l’officier laissés sur le terrain sont emportés. La ½ section BERGEAT reste en position jusque 17h et rapporte le compte rendu suivant :
« La lisière est des bois de CRUPET est occupée par la Cavalerie. Toutes les fermes à l’ouest de CRUPET semblent également occupée par la cavalerie.
Aucune infanterie ni peloton cycliste n’a été aperçu »
La reconnaissance rentre à 18h 15 sans avoir perdu aucun homme tué ou blessé bien qu’ayant essuyé quelques coups de feu.

Reconnaissance  Sous Lieutenant BAURES  1e section ½ section
Mission : se porter vers la croix au sud d’EVREHAILLES, reconnaître la lisière est d’EVREHAILLES et le terrain entre EVREHAILLES et PURNODE
Exécution : La reconnaissance gagne la lisière est des bois au sud de EVREHAILLES et lance 3 patrouilles vers EVREHAILLES et PURNODE. Ces patrouilles se heurtent à des fractions peu importantes d’Infanterie au sud de la route EVREHAILLE – PURNODE. Les patrouilles signalent 2 voitures d’ambulance ennemies escortées de cavaliers se dirigeant vers EVREHAILLES .
A 17h 15 la reconnaissance reçoit des coups de feu venant de la chapelle au sud d’EVREHAILLES. Le sergent VERLEYEN est blessé de 2 balles, l’une formant un coup en séton au bras gauche, l’autre dans le talon droit.
La reconnaissance se replie à travers bois vers YVOIR où elle arrive vers 18h 30 avec le sergent blessé.
Résultat : Constations de la présence d’un dispositif de sûreté constitué par de l’infanterie ennemie et établi au sud de la route d’EVREHAILLES à PURNODE.
En particulier 2 postes ennemi ont été reconnus, l’un de 9 hommes l’autre de 5 hommes sue le chemin d’EVREHAILLES vers HOUX et BOUVIGNES.
Nuit sans alerte.

Renseignements supplémentaires sur les patrouilles et reconnaissance envoyées dans la matinée du 20 août :
A signaler la reconnaissance conduite par le sergent engagé GIACCOBI de la 3e cie avec beaucoup de sang froid. Le caporal MARCAILLOU (3e Cie) tire 4 cartouches, blesse 2 chevaux et un cavalier et tue un sous officier qu’il voulait faire prisonnier.
Le caporal MARCAILLOU est nommé sergent le 21 août 1914.

Date de création : 22/04/2009 @ 20:34
Dernière modification : 13/09/2010 @ 09:00
Catégorie : Année 1914
Page lue 2421 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^