Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
37 Abonnés
 ↑
JMO-1914 à 1919

Fermer Année 1914

Fermer Année 1915

Fermer Campagne d'Orient

Fermer Comprendre

 ↑
Découvrir

Fermer Présentation

Fermer Carnet Jules GOFFIN

Fermer Ils y sont passé

Fermer Lettres Paul MILHEM

Fermer SISSONNE

Fermer Transport

Fermer Témoignage

 ↑
Mémorial du 45e RI

Les Soldats du 45e RI


A (19)

B (139)

C (100)

D (142)

E (16)

F (44)

G (70)

H (28)

► I (0)

J (14)

K (1)

L (124)

M (70)

N (15)

O (9)

P (75)

Q (1)

R (42)

S (38)

T (33)

► U (0)

V (34)

W (10)

► X (0)

Y (1)

► Z (0)


Rechercher





 ↑
Historique du 45e RI
 ↑
Amicale 45e RI
 ↑
Nous Ecrire
 ↑
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER

 ↑
Twitter
 ↑
Carnet Jules GOFFIN - Bataille de Quenneviéres 2

La bataille de Quennevières

(Suite et fin)




Enfin au cantonnement, tous retrouvent leur sang-froid, et les officiers leur morgue hautaine...

..On fait le tour des Cies pour revoir les amis, et Jules SERVAIS heureusement est là. NOISIEZ manque et beaucoup d'ardennais aussi, le coiffeur PUISSANT, MINET et d'autres.

A quelques jours de là, on reçoit l'ordre d'aller en arrière ; c'est de bon cœur car vivre toujours sous de grandes futaies sans soleil, sans maison cela n'égaye pas.

J'oubliais de dire qu'avant le départ une messe avait été faite pour les morts et blessés de Quennevieres .
Le Colonel avait dit la veille que "nous (les hommes) n'étions pas plus en ce monde qu'une crotte de chien ".
Cela lui avait déjà fait perdre bien des sympathies. Quand le soir de la messe il a fait faire concert que les morts étaient encore chauds, les musiciens furent accueillis par des sifflements qu'il vint faire cesser lui même.


Extrait de l'historique du 148e RI
Dans une lettre au général commandant la 5' armée, le général Dubois, commandant la 6' armée, rendit hommage à ses efforts.
J'ai l'honneur de vous faire connaître, écrivait-il, que la 8' brigade a pris une part honorable aux combats du
16 juin.
Les 45e et 148e. régiments d'infanterie, placés face à leurs objectifs dans des circonstances très difficiles, ont fait preuve de beaucoup d'endurance et d'énergie. Les unités ont mérité de recevoir du général commandant le 35° corps d'armée, sous les ordres duquel elles étaient placées, un témoignage de satisfaction auquel je souscris entièrement. Je vous signale particulièrement le lieutenant-colonel
Vignier : Arrivé en pleine nuit dans un secteur soumis à un violent bombardement, a exercé son commandement avec beaucoup de calme et de sang-froid. »


Les musiciens n'étaient pas gais non plus.
Nous voilà donc partis par une belle matinée de juin à travers bois, puis prêts à fond. Nous passons à St Crépin  ; puis en plaine le brouillard se lève, on passe la rivière d'Aisne et on tombe sur la route nationale (RN 31) que l'on quitte bientôt.

On marche sous les bois de sapins ; de temps en temps de grands bois, des marais organisés pour la pêche.
Soldats partout ; au détour d'un chemin un civil fane, je repense un moment au pays, au métier, mais la gaie pensée s'obscurcit bientôt car plus loin des territoriaux refont la route.


JMO du 45e RI 20 Juin 1915
La 8e brigade s’installe à SAINT CREPIN et le colonel avec l’E.M du régiment et le 2e btn cantonnent à SAINT ETIENNE près de PIERREFONDS où se trouve le 148e


Après avoir traversé de beaux et riants villages, de riches pays, nous arrivons à Pierrefonds au château si majestueux dans sa froideur de pierres grises. Nous sommes cantonnés à l'écart, mais assez près du centre de la ville, dans des lotissements de terrains (les chevaux) et les hommes dans des villas appartenant à un Commandant de cavalerie. Nous sommes là très bien ; je reçois en arrivant un coup de pied du cheval noir à CLOSSON qui manque de me casser la cuisse : je dois aller à l'infirmerie en ville ; j'en profite pour rapporter tout ce qu'il me fallait, chocolat, confiture, vin car la Compagnie est consignée par ordre du Capitaine.

Des hommes éméchés réclament et se disputent avec lui ; on a enfin le droit de sortir. C'eût été dommage de ne pas pouvoir visiter cette jolie ville. Mais les 20 F. que Jules SERVAIS m'a donné seraient bien vite dissipés : on doit ralentir.
On reste là quelques jours ; nous allons aux bains des touristes et manœuvrer dans de grandes plaines les mieux cultivées que j'ai vues en France de la guerre.
Se rappeler l'escalade avec les voiturettes d'un bois de sapins à pic.

Bilan pour le 148e RI de "La Bataille de QUENNEVIERES"
Les lourdes pertes du combat de Quennevières : près de 700 hommes hors de combat, dont environ 200 tués. 15 officiers furent tués, blessés ou disparurent.

Edition FR3 Nord Picardie du Samedi 9 Janvier 2010






Pour en savoir plus sur le secteur je vous conseille cet article>>>ICI<<<

Un dimanche soir on embarque après avoir été remerciés par le Général de la 6è Armée, nous retournons à la 5è. Nous allons débarquer au jour à Muizon, et de là on regagne Courcelles où nous reprenons nos anciens cantonnements et retrouvons des visages de connaissance.

On achète des cerises pas cher, on a les premières pommes de terre car cette région ravitaille Reims du temps de paix en primeurs.
On commence à reparler de la formation d'une nouvelle Cie.

Un jour on apprend que c'est fait et la veille seulement j'apprends que je suis désigné pour y aller(Jules passe alors au 45e R.l.) . Conséquence des calomnies des deux muletiers qui me méprisent à Ba... (?). Enfin : je vais voir Jules SERVAIS à Rosnay pour l'avertir et lui demander 10 F. Puis le lendemain à 5 H. on part au 45è où l'on est affectés. Le Colonel nous dit adieu et son regret de n'avoir pu nous garder. Nous sortons le sac que l'on n'a pas eu depuis longtemps et on fait le chemin à travers champs, et montées où il fait très chaud.

Date de création : 12/01/2010 @ 22:54
Dernière modification : 18/01/2010 @ 11:43
Catégorie : Carnet Jules GOFFIN
Page lue 2841 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^