Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
37 Abonnés
 ↑
JMO-1914 à 1919

Fermer Année 1914

Fermer Année 1915

Fermer Campagne d'Orient

Fermer Comprendre

 ↑
Découvrir

Fermer Présentation

Fermer Carnet Jules GOFFIN

Fermer Ils y sont passé

Fermer Lettres Paul MILHEM

Fermer SISSONNE

Fermer Transport

Fermer Témoignage

 ↑
Mémorial du 45e RI

Les Soldats du 45e RI


A (19)

B (139)

C (100)

D (142)

E (16)

F (44)

G (70)

H (28)

► I (0)

J (14)

K (1)

L (124)

M (70)

N (15)

O (9)

P (75)

Q (1)

R (42)

S (38)

T (33)

► U (0)

V (34)

W (10)

► X (0)

Y (1)

► Z (0)


Rechercher





 ↑
Historique du 45e RI
 ↑
Amicale 45e RI
 ↑
Nous Ecrire
 ↑
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑
Remerciements

Henri MOREL
Catherine DELAMARRE
Jacques LANGON
Vincent SCARNIET
Jacky TAVOLA
Jean Claude PONCET
Bernard DEVEZ
Jean François MARTIN
Stéphan AGOSTO
Rémi HEBERT
Marie France MULET
Catherine GOFFIN
Alain POISOT
Denis MILHEM
Vincent LE CALVEZ
Marc BENOIT
Marcel HOUYOUX
Xavier BOCE
Laurent SOYER
Odile TIZON
Marie-Jeanne TROUSSIERE
Daniel TILMANT
François VERMAUT
Benoît JEANSON
Pierre MASSAULT
Lionel LEMARCHANT
Yves VUILLIOT
Gérald SANTUCCI
Benoît VERGER

 ↑
Twitter
 ↑
Carnet Jules GOFFIN - Jules GOFFIN Mobilisation

La Mobilisation de Jules GOFFIN

(vus par son frère Lucien, âgé à cette date de 16 ans)

Mon frère a été appelé dans la nuit du 31 Juillet au 1er Août. Mon père l'a conduit à Givet. Il n'y avait pas d'autre père venu avec leur fils.

Le 2 Août nous étions le Dr CHUQUET (Parrain de Jules GOFFIN) et moi sur l'esplanade à Givet à 14 h 30 lorsque la mobilisation a été annoncée.
Le moral de la population était bon jusqu'à cette sonnerie.
En quelques minutes toutes les rues furent vides. On vit un air de malheur souffler dans les rues….

…Nous sommes allés voir mon frère à la Caserne Rougé ; un train de réservistes arrivait. Des gens du nord criaient "à Berlin"
"Sonne la Générale" dit un adjudant, "ils comprendront". Et ce fut exact.

Le 15 Août pendant la messe, on a entendu la bataille de Dinant.
Le soir, on a dit que c'était un gros succès.

Le 23 Août, ils ont attaqué, ont passé à Dinant et à Haybes.
Nous avons entendu l'armée française battre en retraite par Doische, Gimnée la nuit et la journée.
On était sans nouvelle de la Guerre.

Les bruits les plus divers étaient propagés, le soir, sur la place du Pont de Pierre ; on a vu un soir le ciel embrasé tout autour.
Niverlée, Haybes, Romedenne, Dinant brûlaient.

On ne savait pas quoi. Quelques uns voulaient aller chercher les fusils de chasse et aller attendre les allemands.

J'ai vu un ouvrier qui disait "On n'a qu'à ne pas partir à la guerre. Les socialistes allemands feront la même chose". Il y est d'ailleurs parti
Puis ce fut le siège de Charlemont, trois jours et nuits, des bombardements et le fort s'est rendu, en fait sans combattre, c'était au moment de la bataille de la Marne.

La résistance finie, les assiégeants sont partis 4 à 4, marchant par rangées de 8 en chantant.

Je suis allé les voir passer..."

C Ch. Lucien GOFFIN 1897-1986)

Date de création : 10/01/2010 @ 22:57
Dernière modification : 18/01/2010 @ 11:36
Catégorie : Carnet Jules GOFFIN
Page lue 2073 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^